Chez Refuge Du Pirate tu as
Robert Surcouf : Le Plus Riche Pirate Français De Saint-Malo

Robert Surcouf : Le Plus Riche Pirate Français De Saint-Malo -

Robert Surcouf : Le Plus Riche Pirate Français De Saint-Malo

Robert-Surcouf

Robert Surcouf (12 décembre 1773 - 8 juillet 1827) était un corsaire français qui a opéré dans l'océan Indien entre 1789 et 1801, puis de 1807 à 1808, remportant plus de 40 prix, tout en amassant une grande fortune en tant qu'armateur.

La jeunesse de Surcouf :

Robert Surcouf est né le 12 décembre 1773 à Saint-Malo dans une famille d'armateurs. Son père, Charles-Ange Surcouf de Boisgris, était le petit-fils de Robert Surcouf de Maisonneuve, qui avait été capitaine du corsaire Aimable sous le règne de Louix XIV. Du côté maternel, Robert était un parent éloigné de René Duguay-Trouin. Lorsque ses parents l'envoient au collège de Dinan pour devenir prêtre, il s'enfuit à l'âge de treize ans pour s'enrôler dans le marchand Héron, qui fait la navette entre Saint-Malo et Cadix.

aurore-bateau

Le 3 mars 1789, il s'engage comme volontaire sur l'Aurore de 700 tonnes, sous le commandement du capitaine Tardivet, un navire négrier à destination des Indes. L'Aurore navigue jusqu'à Pondichéry et transporte les troupes à destination de l'île de France. Lors de son voyage suivant, cherchant à acheter des esclaves sur la Corne de l'Afrique, l'Aurore a fait naufrage dans le canal du Mozambique, noyant 400 esclaves noirs enchaînés dans l'orlope. Tardivet affréta le Portugais San Antoine en octobre 1790 pour retourner à Port-Louis, mais dut se dérouter vers Sumatra à cause du temps, et ne revint à Port-Louis qu'à la fin de 1790, sur un navire français via la colonie française de Pondichéry. Promu officier, Surcouf s'engagea sur le Courrier d'Afrique, un autre navire négrier, à destination du Mozambique, sous le commandement du capitaine Garnier. Le capitaine Tardivet le fit ensuite venir comme lieutenant sur son nouveau navire, Revanche. Sur Revanche, Surcouf fit plusieurs expéditions au large de Madagascar.


Surcouf s'est engagé comme timonier sur le Bienvenue, un navire de la Marine royale française équipé de 20 canons, sous la direction du lieutenant Haumont, à destination de la France. Bienvenue arrive à Lorient le 2 janvier 1792, où Surcouf découvre les changements politiques que la France a subis à la suite de la Révolution française.


Au bout de six mois, Surcouf s'engage comme lieutenant sur le navire négrier Navigateur, sous les ordres du capitaine Lejoliff. Elle partit le 27 août 1792 pour le Mozambique avant de naviguer vers l'île de France, où Surcouf fut informé à son arrivée du déclenchement des guerres révolutionnaires françaises.

Robert Charles Surcouf


Élevé au rang de capitaine, Surcouf prend le commandement du brick Créole, un navire négrier à quatre canons. Il quitte l'île de France le 3 juin 1794 pour un voyage au large de l'Afrique et de Madagascar, et se livre à nouveau à la traite des esclaves, bien qu'elle ait été interdite par la Convention nationale et l'Assemblée de l'île Bourbon. À son retour à l'Île de France, des agents du Comité de la sécurité publique ont inspecté le Créole pour trouver des preuves de traite d'esclaves, mais sont repartis les mains vides, car Surcouf avait déjà vendu ses esclaves. Lorsque les forces navales britanniques arrivent pour bloquer l'île de France, il sert comme enseigne auxiliaire sur la frégate de 40 canons Cybèle et participe à l'action du 22 octobre 1794.

Robert Surcouf, le capitaine de L'Emilie

bateau-pirate-émilie

Au printemps 1795, Surcouf prend le commandement de la goélette corsaire Modeste de 180 tonnes, rebaptisée Émilie, avec un équipage de 32 hommes et quatre canons de 6 livres, armés par Malroux et Levaillant. Le gouverneur Malartic refuse de fournir une lettre de marque et ordonne à Émilie de se rendre aux Seychelles pour acheter des tortues comme nourriture pour l'île de France.

Émilie partit le 3 septembre 1795 avec un congé de navigation l'autorisant à se défendre, mais pas à prendre des prix en tant que corsaire. Le lendemain, elle fait une escale à Saint-Denis avant de se rendre à Mahé. À l'île Sainte-Anne, deux grands navires britanniques le poursuivent, mais il réussit à leur échapper en naviguant de nuit à travers les récifs.

robert surcouf biographie

Surcouf décide alors de se rendre dans l'archipel des Mergui pour y charger une cargaison de riz. Le 8 décembre 1795, en transit, au large du delta du Gange, Surcouf captura son premier navire de grande valeur, le Penguin, chargé de bois, sur lequel il détacha un équipage de grande valeur sous la direction du lieutenant Péru avant de l'envoyer à l'île de France.

Le 19 janvier 1796, Surcouf rencontre le bateau-pilote Cartier à la tête de deux marchands, le Russel et le Sambolasse, dans le delta du Gange. Il les attaque et les capture, trouvant les marchands qui transportent du riz. Après avoir détaché des équipages de prise, Surcouf transfère son commandement, ainsi que les 22 membres d'équipage restants et les quatre canons d'Émilie, à Cartier, qu'il rebaptise Hasard (selon Ambroise Louis Garneray). Surcouf envoie ensuite Émilie, sous le commandement du lieutenant Croizet, avec ses prix, à l'île de France.

le-diana-surcouf

Dans la nuit du 28 janvier, Surcouf capture le Diana de 12 canons, chargé de 6000 sacs de riz. Le lendemain, Cartier rencontre un Indiaman de 26 canons, Triton, armé de 12 livres et d'un équipage de 150 hommes ; ayant décidé d'attaquer, et ne reconnaissant que trop tard l'écrasante supériorité de son adversaire, Surcouf, se sentant menacé et incapable de fuir, décide de l'aborder avec ses 26 hommes. Après avoir harangué ses hommes, il s'approche sous un drapeau britannique, avant de hisser au dernier moment les couleurs françaises et de lancer un violent assaut. Au cours de la bataille de 45 minutes qui suivit, Triton subit 5 blessés et 10 tués, dont son capitaine, le capitaine Burnycat, et le premier officier, Picket ; Les prisonniers furent transférés à Diana, que Surcouf libéra contre une rançon de 30 000 roupies.

Surcouf retourna en Ile de France avec ses prix, où il arriva le 10 mars 1796, bien que Hasard ait été capturé par le HMS Victorious lors du voyage de retour. Comme Émilie avait été armée comme marchande plutôt que comme corsaire, le tribunal des prix saisit ses prix et les vendit au profit de l'État, bien que leur capture ait été déclarée légale. Surcouf retourne en France pour réclamer son prix et, le 3 septembre 1797, le gouvernement lui accorde finalement 660 000 francs, dont il ne reçoit que 80 000.

Croisière de Clarrisse

robert surcouf saint malo

Au début de 1798, après 14 mois à Paris, Surcouf prend le commandement de Clarisse, une brigade de corsaire de 14 canons, armée de quatre canons de 12 livres, dix de 8 livres, et dotée d'un effectif de 120 hommes. Il partit de Paimboeuf, Nantes, en février 1798, cette fois avec une lettre de marque en bonne et due forme. Pendant le voyage vers l'île de France, Clarisse poursuivit un bateau d'esclaves britannique, qui s'échappa après qu'un de ses coups de feu eut coupé le haut du mât de misaine de Clarisse. Surcouf a capturé un brick britannique au sud du cap de Bonne-Espérance, qui s'est rendu au coup de semonce, sur lequel il a envoyé un équipage de prise sous les ordres du capitaine Dujardin, et est arrivé à La Réunion le 5 décembre.

Au début de 1799, Surcouf s'est rendu à la ville de Susoh à Aceh, sur Sumatra, où il a trouvé deux marchands de 20 canons ancrés dans le port, en train de charger du poivre ; Clarisse a jeté l'ancre à proximité et a ouvert le feu, après quoi Surcouf a envoyé son frère aîné Nicolas pour diriger une équipe de 20 hommes sur les bateaux de Clarisse et monter à bord du plus grand des navires, tandis qu'il l'abordait avec Clarisse du côté opposé ; attaqué de deux côtés, il s'est rendu après une bataille de 30 minutes. L'autre navire a jeté l'ancre et a tenté de s'enfuir, mais les bateaux de Clarisse ont été révisés et l'ont capturé sans résistance, la plupart des membres de son équipage étant à terre. Surcouf est retourné en Île de France avec ses prix en juin.

robert surcouf pirate

Le 16 août, Clarisse quitte l'île de France pour une autre croisière ; elle se rend à La Réunion en transportant des dépêches de Malartic au gouverneur. Elle se rend ensuite à Java pour se procurer de l'eau, où elle arrive le 27 septembre. Le 1er octobre, Surcouf capture un marchand danois qu'il renvoie sous les ordres du lieutenant Fonroc ; le 4 novembre, le marchand portugais Nostra Signora de la Conception avec 116 000 piastres ; le 6, un navire britannique chargé d'une cargaison de sel ; et le 11 novembre, le 20 canons Auspicious, avec une cargaison de 1 032 580 francs.

Surcouf se rendit à Mergui pour acheter de la nourriture et libérer ses prisonniers, et prit la mer le 10 décembre. En route, il rencontre le corsaire français Malartic, commandé par Jean Dutertre ; peu après, les corsaires rencontrent une frégate britannique, la frégate de 38 canons HMS Sybille, qui les poursuit et que Surcouf réussit à semer en jetant huit canons par-dessus bord, ainsi que divers autres instruments.

robert charles surcouf

Le 1er janvier 1800, Clarisse capture un gros marchand de riz, le British James. Le 3 janvier, elle détecte deux navires américains de 16 caronades formant une ligne de bataille ; bien que Clarisse n'ait pas les huit canons sacrifiés pour échapper à Sybille et que 60 de ses hommes soient détachés sur ses diverses prises, Surcouf s'engage. Clarisse ratissa le navire le plus à l'arrière, le Louisa, et l'aborda, tout en tirant simultanément un coup de bordée sur l'autre navire, le Mercury, qui tenta de sauver son second. Nicolas Surcouf a mené une équipe d'abordage de 30 hommes pour s'emparer du Louisa, tandis que le Mercury s'échappait. Clarisse n'a pas pu donner suite, son beaupré ayant été détruit lors de la collision avec Louisa. Nicolas Surcouf a pris un équipage de choc et a ramené Louisa à Port Louis.

Clarisse continua sa patrouille, capturant les navires Catherine, Haderbux, Anna Maria, Nostra Signora de la Cruz, Louis, Janna, Notre Dame de Bon Succès et Albion, avant de repartir vers l'Ile de France avec ses prix. Il est arrivé au début du mois de février 1800.

Croisière de Confiance et prise du Kent

En mai 1800, Surcouf prend le commandement du Confiance, un brick rapide de 18 canons de Bordeaux, avec un effectif de 150 hommes ; la compétition avec Dutertre pour le commandement de Confiance a failli dégénérer en duel, et le gouverneur Malartic a dû intervenir pour l'empêcher, déclarant qu'un tel affrontement serait " une victoire anglaise ". Le marin et peintre Ambroise Louis Garneray, futur biographe de Surcouf, s'engage à cette époque.

Fin avril 1800, Confiance navigue au large du détroit de Sunda, où elle capture le navire américain ; elle quitte ensuite le détroit pour éviter la frégate américaine Essex, connue pour naviguer dans ces eaux, et se dirige vers les Seychelles. Là, il échappa à un navire britannique de la ligne et à une frégate, et continua sa croisière dans le golfe du Bengale.

robert surcouf citation

Le 19 septembre, Confiance s'empara du Prize, de Calcutta, qui avait stocké huit de ses dix canons dans sa cale pour améliorer sa stabilité. Le lendemain, le Prize est envoyé à Maurice avec un équipage de 85 hommes. Surcouf s'est ensuite dirigé vers Ganjam, où il a capturé trois navires plus petits.

Le 7 octobre 1800, au large de Sand Heads, près de Calcutta, Confiance rencontre le East Indiaman Kent de 40 canons, de 824 tonnes brûlées, sous les ordres du capitaine Robert Rivington. Le Kent avait secouru l'équipage d'un autre navire, le Queen, détruit par le feu, et disposait donc d'un effectif exceptionnellement important de 437 hommes, y compris ses passagers ; 300 d'entre eux étaient des soldats et des marins ; Surcouf réussit à aborder son plus gros adversaire et, après plus d'une heure et demie de combat sur les ponts du navire, à prendre le contrôle du Kent.

robert surcouf histoire

Les Britanniques ont eu quatorze morts, y compris le capitaine, et 44 blessés, tandis que les Français ont eu cinq morts et dix blessés. Les corsaires se voient alors accorder une heure de pillage gratuit sur le Kent avant que Surcouf ne rétablisse l'ordre ; cependant, les passagères sont strictement protégées et des sentinelles sont placées devant leurs appartements. Parmi les prisonniers se trouvaient le général Frederick St. John et son épouse, Arabella Craven.

Le premier officier de Confiance, Joachim Drieux, a été envoyé sur le Kent avec un équipage de 60 hommes de prix, tandis que ses passagers ont été relâchés sur un marchand que Surcouf a arrêté quelques jours plus tard. Confiance et Kent sont arrivés à la Rade des Pavillons à Port-Louis en novembre. La capture de Kent devint une sensation, et l'Amirauté britannique promit une récompense pour la capture de Surcouf.

Après son retour en Ile de France, Confiance est armé comme marchand en aventurier avec un équipage de 89 hommes et chargé de marchandises coloniales pour son retour en France. Au cours du voyage, Surcouf réussit encore à capturer plusieurs navires, notamment l'Ebre portugais, avec dix-huit caronades de 12 livres et un équipage de 60 hommes ; il le libère contre une rançon de 10 000 piastres et après avoir échangé son grand mât avec celui de Confiance.

robert leblanc surcouf

A son retour, Confiance se heurte au blocus britannique et est poursuivie par une frégate ; Surcouf réussit à lui échapper en jetant par-dessus bord tous ses canons sauf un, ses bateaux, ses ancres, ses chaînes et même des éléments de ses mâts. Il finit par arriver à La Rochelle le 13 avril 1801.

En France, le ministre de la Marine Truguet a tenté d'enrôler Surcouf dans la Marine comme officier auxiliaire, ce qu'il a refusé. Hennequin affirme que Bonaparte lui-même lui a offert le grade de capitaine et le commandement de deux frégates, ce que Surcouf a refusé par crainte de perdre sa liberté d'action, et lui a décerné un sabre d'honneur. Surcouf est décoré de la Légion d'honneur lors de la fondation de l'Ordre, le 19 mai 1802.

  • Documents sur la Légion d'honneur de Surcouf

légion-honneur-surcouf

  • Document transmettant la demande de Surcouf d'être admis dans la Légion d'honneur
admis-legion-honneur-surcouf
  • Document sur le processus de vérification des antécédents
verification des antécédent surcouf
Lettre officielle à Surcouf : "L'Empereur, lors d'un Grand Conseil, vous a fait membre de la Légion d'Honneur"
Le 28 mai, à Saint-Malo, il épouse Marie Blaize, qui est sa fiancée depuis deux ans ; au cours de leur mariage, ils ont eu cinq enfants ensemble. Vers 1805, Surcouf commence à armer les corsaires de Saint-Malo en partenariat avec son beau-père Louis Blaize de Maisonneuve, notamment la Caroline qui capture quatre navires dans l'océan Indien sous Nicolas Surcouf ; Marsouin ; et le Confiance qui remporte deux prix sous Joseph Potier.

Croisière du Revenant

Après une retraite de cinq ans, au début de 1807, Surcouf commande le Revenant à 18 canons, un corsaire qu'il a construit selon ses propres spécifications. Le 2 mars, il quitte Saint-Malo avec un équipage de 192 hommes pour une croisière au large du Bengale. Le 9 mars 1807, alors qu'il était en route, au large de Madère, Revenant captura le navire négrier britannique Aun, de seize 12 livres, récemment parti de Liverpool, que Surcouf laissa partir pour une rançon, après avoir jeté ses canons par-dessus bord, mouillé sa poudre et détruit certaines de ses voiles.

Surcouf est arrivé en Île de France en juin, en vainquant le blocus britannique et en capturant plusieurs navires pendant le voyage. Au cours de la campagne suivante, qui devait être sa dernière, Surcouf a capturé 16 navires britanniques, en partie parce que les navires britanniques avaient tendance à frapper leurs couleurs dès qu'ils se rendaient compte que leur adversaire était Surcouf.

robert surcouf mort
L'arrivée de Surcouf à l'île de France ne passe pas inaperçue : les autorités et la population réagissent avec enthousiasme, tandis que les compagnies d'assurance britanniques sur Calcutta doublent la récompense de sa capture, qui s'élève à un lac de roupies, soit 250 000 francs. Le 3 septembre 1807, Revenant part en croisière au large du Bengale. Le 25 septembre, elle capture le Trafalgar britannique à 12 canons, transportant 10 000 sacs de riz, et le Mangles à 14 canons, en transportant 11 000 ; le 27, l'Amiral Applin à 12 canons, avec 9 500 sacs de riz ; le 1er octobre, le Suzannah à 1 canon, avec 5 500 sacs de riz ; le 19, le Success chargé de bois, qui fut brûlé ; le 30, le Fortune à 12 canons, qui ne transportait aucune cargaison et fut coulé ; le 15 novembre, l'Indian Macauly ; le 18 décembre, le 10 canons britannique Sir William Burrough ; le 30, le Portuguese Oriente ; et le 6 janvier 1808, l'Arab Jem lab Dim. Surcouf les envoya avec des équipages de prix à l'île de France, puis revint lui-même le 31 janvier 1808.

Lorsqu'un officier captif britannique interpella Surcouf en disant : " Vous, les Français, vous vous battez pour l'argent, tandis que nous nous battons pour l'honneur ", Surcouf répondit : " Chacun de nous se bat pour ce qui lui manque le plus ".

Surcouf a alors donné le commandement de Revenant à son premier officier, Joseph Potier. Après une courte croisière, Potier est revenu avec un prix de 34 canons de la Compagnie portugaise des Indes orientales, le Conceçáo de Santo Antonio, capturé après une heure de combat.

Le 4 juillet 1808, Revenant est réquisitionné par ordre du général Decaen, gouverneur de l'île de France. Elle fut rebaptisée Iéna, et le commandement fut donné au lieutenant Morice, avec le lieutenant de vaisseau Albin Roussin comme second officier. Surcouf a eu une altercation avec Decaen mais a dû renoncer à son navire. Il finit par acheter la Sémillante, qu'il rebaptise Charles. De retour à Saint-Malo avec ce navire, il arrive le 4 février 1809.

La Fin de vie de Robert Surcouf 

À partir de 1809, Surcouf se lance dans les affaires en tant qu'armateur et, au fil des ans, il arme plusieurs corsaires : Auguste, sous Pelletier ; Dorade ; Biscayenne ; Édouard ; Espadon ; Ville-de-Caen ; Adolphe et son dernier, le Renard, sous Leroux. Les Britanniques capturent tous les corsaires envoyés dans la Manche, à l'exception de Renard.
saint-malo

En janvier 1814, Surcouf est nommé colonel de la Garde nationale de Saint-Malo. Pendant les Cent-Jours, il est chef de la Légion et assure le maintien de l'ordre. Il démissionne après la bataille de Waterloo et devient marchand, armant 19 marchands et établissant des affaires avec Terre-Neuve.

Surcouf est mort le 8 juillet 1827 et a été enterré au cimetière de Saint-Malo avec les honneurs militaires. Son tombeau comporte un globe terrestre montrant l'océan Indien et une ancre.
Toute l'équipe de Refuge Du Pirate te remercie d'avoir lu notre article !

 

Les Pirates Français t'intéressent ? On t’a préparé un article qui répertorie les plus grands pirates français !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés