pirate francais
novembre 14, 2019

Les plus Grand Pirates Français

par Le Capitaine Impitoyable 14 minutes de lecture

"1203 L'année où le premier navire pirate français est signalé, il était redoutable et particulièrement efficace lors de ces attaques. Ces exploits étaient tellement impressionnants que le peuple a fait courir la rumeur qu'il pouvait rendre invisibles ces navires pendant l’abordage...

Bonjour à toi mercenaire ! Il y a eu de nombreux pirates français. Notre équipe t'a préparé les biographies des 6 pirates français qui ont fait le plus de bruits et surtout qui ont marqué l'histoire. Bienvenue à bord !"

pirate-francais

1 - Jean Baert ( Bart )

jean-bart

  • Né le 21 Octobre 1650 à Dunkerque 
  • Décédé le 24 Avril 1702 à Dunkerque 
  • Corsaire
  • Allégeance : Provinces-Unies, Royaume de France 

    Jean Beart descend d'une famille de marin, il rejoint la marine hollandaise à l'âge de 15 ans sous les ordres de l'amiral Michel de Ruytier. En 1667 il participa à la bataille de Chatham, au côté de l'amiral.

    En 1672 la guerre de Hollande explose ! Jean Baert rejoint alors la France. Il est alors promu second lieutenant à bord de L'Alexandre sous les ordres de Willem Dorne pour pratiquer la guerre des courses.

    pirate-francais-jean-baert

    Les années qui ont suivi ont été très honorables pour Jean Beart, il prit les commandes du Roi David. Sa première prise fûtun dogre hollandais et il enchaîna avec une pinasse Anglaise. Bref plus rien ne l’arrêtait, la France a cumulé plus de 50 prises entre 1674 et 1678. Ce qui lui permet d'avoir une grande renommée qui attira l'attention de Louis XIV. Le 10 août 1678 le traité de Nimègue est signé entre la France et la Hollande.

    La guerre est terminée, le 8 janvier 1679 Jean Beart rejoint Louis XIV dans la Marine royale en tant que lieutenant de vaisseau. En 1681 des pirates barbaresques hantent la méditerrané, 3 frégates partent alors de Dunkerque pour les chasser. Ils capturent une dizaine de bateaux pirates avant que la trêve soit signée.

    Bataille-france-espagne

    1683 La France Rentre en guerre contre l’Espagne. Jean Baert saisit un navire de troupe espagnol avec à son bord 350 hommes. La même année Jean Beart embraque avec le grand marquis d'Amblimont, participeà la prise de deux navires espagnols.La marine espagnole étant trop faible, Charles II D'Espagne signa très vite une trêve le 14 août 1686. Ayant fait tous ces exploits Jean Beart est promu capitaine de frégate en août 1686.

    En 1689, Jean Baert et Claude Forbin quittent Dunkerque pour escorter des convois jusqu’à Brest. Un sanglant abordage arriva en chemin, avec un navire de reconnaissance hollandais. Le combat fut une victoire pour les Français.

    Alors qu'ils se dirigeaient vers Brest, ils sont pris en chasse par 2 navires Anglais au large de l'île de Wight. Refusant catégoriquement la saisie des navires qu'ils escortaient. Jean Beart et Claude Fourbin décidèrent d'engager le combat. Mais la supériorité des forces anglaises ont eu raison d'eux. Ils sont faits prisonniers à Plymouth ( Royaume-Uni ), mais les deux amis réussissent à s’échapper et gagnent Erquy ( France ) après 3 jours de rame.

    forbin-jean-bart

    Grâce à ces exploits et à son héroïsme, il a sauvé la flotte marchande, seulement 15 jours après son évasion Jean Baert est promu Capitaine des Vaisseaux du Roi, le 20 juin 1689.

    En 1690 il prend le commandement de la frégate L'Alcyon dans la flotte dirigée par le vice-amiral Tourville pour participer à la bataille du cap Béveziers, qui sera remporté par Tourville.

    Mais cette année-là, Jean Baert met son plan en oeuvre qu'il avait soumis au département de la marine 2 ans auparavant. Son plan consistait à ruiner le commerce Hollandais. Après avoir eu l'accord et les moyens du ministre de Pontchartrain, il partit avec son ami Claude Forbin de 1690 à 1693. Ils détruisent plus de 90 navires marchands pour affamer la Hollande. Il s'empara aussi de 4 bâtiments hollandais, une flotte entière de pécheur. Ils ne comptaient pas s’arrêter là, il en profita pour faire un raid sur le littoral écossé, où il brûla 4 villages et pilla 1 château.

    Louis-XIV

    Tout le monde a entendu parler des exploits du corsaire, ce qui lui vaudra une invitation de Louis XIV à la cour de Versailles.

    En 1693 il est commandant sur le navire Le Glorieux,sous les ordres du maréchal Tourville. Après le magnifique combat de Lagos et lagrande capture du convoi de Smyne.

    En 1694 Jean Beart rencontre une flotte de 110 navires marchands volés par 8 vaisseaux de guerre hollandais. Il ne disposait que de 7 bâtiments inférieurs des Hollandais, mais il les attaqua quand même ! Après un combat difficile, il réussit à récupérer la flotte et la ramener en France. Louis XIV sera très vite au courant et luidécernera la croix de chevalier de l'Ordre de Saint-Louis.

    jean-bart

    En juin 1696 Jean Baert participe à la bataille du Dugger Bank, qui sera un combat très violent. Mais il assura la victoire avec de nombreuses prises : 25 navires marchands, 1200 prisonniers. Il est promu au grade de chef d'escadre de la Provence de Flandre en Avril 1697.

    Jean Beart décédera de la maladie de pleurésie à l'âge de 51 ans.

     2 - Jean Lafitte 

    Jean-Laffite

    • Né vers 1780 en France ou Saint Domingue ( Haïti )
    • Pirate

    La plus grande partie de la vie de Jean Lafitte reste entourée de mystère. On sait peu de chose sur ces débuts, bien qu'il ait eu aux moins deux frères Pierre et Alexandre (Dominique) qui l'ont beaucoup aidé dans son opération de contrebande.

    En 1810, Jean Lafitte agit comme pirate en Louisiane. La principale marchandise de Jean Lafitte était les esclaves africains, car les États-Unis ont interdit les importations internationales d'esclaves en 1808. Jean Lafitte a acheté des esclaves aux Antilles, où ils étaient bon marché, puis les a ramenés clandestinement en Louisiane, où ils coûtaient cher à cause de cette interdiction. De plus, il a travaillé pour le gouvernement de Carthagène, l'actuelle Colombie, pour saboter le commerce impérial espagnol, ce qui a aidé cette colonie à obtenir son indépendance.

    Selon les termes de cette commission, Jean Lafitte et ses frères pouvaient garder tous les commerces qu'ils capturaient. Mais la loi américaine interdit l'usage et la vente des objets volés aux États-Unis, ce qui n'empêche pas les frères Lafitte de s'installer dans la baie de Barataria en Louisiane. La baie de Barataria était parfaite pour leurs opérations de contrebande, car les îles au sud de la Nouvelle-Orléans protégeaient leur base.

    pirate-laffite-jean

    L'eau était assez profonde pour que Jean Lafitte puisse facilement se lancer dans les Caraïbes, mais peu profonde pour empêcher les navires de guerre espagnols de suivre les pirates . Ces disciples étaient connus sous le nom de Baratariens, et faisaient souvent face à la menace d'être capturés et emprisonnés par les autorités douanières américaines et la marine espagnole.

    En septembre 1814, les Britanniques enrôlent Lafitte et les Baratariens pour combattre les États-Unis à la Nouvelle-Orléans. En échange de cette aide, les Britanniques offrent à Jean Lafitte 30 000 $, et le poste de capitaine dans la marine britannique et d'abandonner les poursuites judiciaires. Jean Lafitte a demandé 2 semaines de réflexions, pendant ce temps, il a écrit au gouverneur William C.Claiborne de Louisiane pour lui proposer d'aider pour la défense de la Nouvelle-Orléans contre l'invasion britannique en échange d'un pardon pour ses accusations de contrebande.laffite-jean

    William C.Claiborne était disposé à accepter l'offre, mais l'assemblée de la Louisiane a rejeté sa proposition. Ni arrangement avec les Britanniques ni avec les Américains. La base de Lafitte à Barataria Bay a été attaquée et détruite par les forces navales britanniques et américaines.

    Cependant, au début de 1815, le général Andrew Jackson a

    reconsidéré l'offre de jean Lafitte. Bien que Jackson ait d'abord hésitant sur la loyauté des Baratariens, il a fini par céder, car les Baratariens étaient les meilleurs artilleurs des Caraïbes et connaissaient bien le terrain. Pendant la bataille de La Nouvelle-Orléans, une cinquantaine de Baratariens pilotaient les canons des navires américains . Jackson et Lafitte s'entendaient si bien que le pirate est devenu l'aide de camp non officiel de Jackson.

    Après la guerre de 1812, Lafitte est gracié par le président James Madison pour son service et reprend sa carrière de pirate sur l'île de Galveston au Texas espagnol. Il a servi d'espion pour les Espagnols pendant la guerre d'indépendance du Mexique. En 1820, la marine américaine a mis fin aux activités de contrebande de Jean Lafitte au Texas, qui est le dernier cas connu de Lafitte. Comme la plupart des années de sa vie, sa mort et les circonstances qui l'ont entouré demeurent inconnues.

    Mais, pendant une brève période de l'histoire américaine, Lafitte a été un patriote qui s'est battu pour la protection et la pérennité des idéaux américains contre la menace impériale britannique et, à ce titre, demeure un héros de la guerre de 1812.

    3 - Oliver Lavasseur ( La Buse )

    olivier-levasseur

    • Né en 1690 à Calais
    • Décéder le 7 jullet 1730 à Saint Paul 
    • Pirate 

    Olivier Levasseur est né à Calais dans les dernières années du XVIIe siècle (entre 1688 et 1690). Issu d'une riche famille bourgeoise, Levasseur fréquente les meilleures écoles et devient officier de marine. Il reçut une lettre de marque du roi de France, Louis XIV, pendant la guerre de Succession d'Espagne, et devint corsaire au service de la Couronne de France. Il a été affirmé que pendant ce temps Levasseur a reçu une cicatrice à travers un œil, ce qui l'a amené à porter un cache-oeil. Inutile de dire que cette particularité de Levasseur est devenue l'une des caractéristiques les plus emblématiques de l'imagerie populaire actuelle des pirates.

    A la fin de la guerre, Levasseur n'a pas l'intention d'abandonner ses activités et passe donc de la course à la piraterie. Levasseur a commencé sa nouvelle carrière au sein du Flying Gang, un groupe de pirates basés à Nassau, sur l'île de New Providence, aux Bahamas. Au début de 1716, Levasseur était le capitaine d'un sloopde pirates appelé Postillion, et semble avoir collaboré avec les pirates Samuel Bellamy et Benjamin Hornigold. Levasseur finit par se séparer de Bellamy et Hornigold et mena ses propres raids.

    la-buse

    En 1718, Levasseur évita de justesse la capture par le capitaine Francis Hume du HMS Scarborough au large des côtes de La Blanquilla dans les Caraïbes orientales. Néanmoins, le pirate a perdu son navire, et avec seulement soixante de son équipage parti, il s'est échappé sur un petit sloop. Levasseur et ses hommes se sont retrouvés au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest et ont décidé d'y mener leurs activités pirates. De nombreux navires furent capturés et Levasseur fut élu capitaine d'un navire en 1719.

    Pendant la période où Levasseur opérait au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest, il travaillait avec des pirates tels que Howell Davis, Thomas Cocklyn, John Taylor, et Edward England. C'est en 1721 que Levasseur et Taylor arrivent dans la rade de Saint-Denis et ils virent un navire en réparation le "Nossa Senhora della Cabo", un navire amiral de la marine portugaise qui transportait Luís Carlos Inácio Xavier de Meneses, Comte et vice-roi des Indes orientales portugaise et l'archevêque de Goa, le navire contenait une rivière de diamants, perles, barres d'or et d'argent, tissus, bijoux, vases sacrés et d'autres objets précieux. Ce fut la plus grande découverte de l'histoire de la piraterie.

    trésor-la-buse

    Quelques années plus tard, Levasseur s'installe aux Seychelles, une île au large de l'Afrique orientale, dans l'océan Indien. En 1730, Levasseur est capturé et envoyé à Saint-Denis, à la Réunion, où il est pendu pour piraterie. Selon la légende, alors que Levasseur se tenait sur l'échafaudage avec le nœud serré autour du cou, il réussit à lancer un cryptogramme dans la foule, leur disant que son trésor appartiendrait à la personne qui parvient à déchiffrer son message secret.

    A ce jour, le trésor de Levasseur n'a pas encore été trouvé. Malgré les nombreuses tentatives infructueuses pour localiser le trésor, il y a ceux qui ont consacré leur vie à le trouver et qui ne sont pas encore prêts à abandonner. Cependant, il y a quelques problèmes avec le cryptogramme lui-même.

    Voici le Cryptogramme que Levasseur a laissé :

     N'hésite pas à aller voir notre enquête sur le trésor de la buse.

    4 - Anne Dieu-le-veut 

    Anne Dieu-le-veut

    • Né en 1650 à Gourin  
    • Décéder le 11 janvier 1710 au Cap Français
    • Pirate 

    Anne Dieu-le-Veut est née vers 1650 en France. Son prénom de naissance est Marianne Dieu-le Veut, qui signifie "Anne Ce-Que-Dieux-veux". C'était vrai, parce que chaque fois qu'elle voulait quelque chose, sa volonté était si forte, que c'était comme si les dieux eux-mêmes le voulaient aussi.

    En 1684, elle épousa le flibustier nommé Pierre Lelong premier commandant de Cap Français, qui se fera assassiner par Laurent-Corneille Baldran le 15juillet 1691 lors d'une bagarre dans un bar. Anne mit Laurent au défi de se battre en duel pour venger la mort de son époux. Il refusa de se battre avec une femme. Laurent de Graff, impressionnait par son courage, il voulut l'épouser. Mais en 1685 il avait demandé et obtenu pour lui et sa femme Pétruline Gusman la nationalité française. En 1693 il réussit à obtenir l'annulation de son premier mariage pour enfin se marier avec Anne Dieu Le Veux.

    femme pirate

    L'histoire la plus célèbre d'Anne est la suivante : alors qu'Anne et Laurens attaquaient un navire espagnol, un boulet de canon prit la vie de Laurens, et Anne prit sa place de commandant de son navire.

    Jetant leur équipage de pirates avec furie dans le combat contre les Espagnols. Cependant, les pirates étaient en surnombre et ils ont tous été capturés et emmenés d'abord à Vera Cruz au Mexique, puis à Carthagène en Colombie, deux villes précédemment saccageaient par Laurens, pour être jugées.

    La renommée d'Anne était si grande que lorsque le secrétaire français à la Marine de Pontchartrain entendu parler de cela, il écrivit à Louis XIV de France et lui demanda de faire intervenir le roi d'Espagne. Anne a ensuite été libérée en tant que service spécial entre les rois, et on a plus jamais entendu parler d'elle.

    capitaine Anne Dieu-le-veut

    La fille d'Anne (elle en aurait eu deux, née au début des années 1690) aurait vécu en Haïti, où elle s'est fait connaître pour avoir participé à un duel avec un homme. J'ai envie de dire telle mère telle fille !

    5 - François l'Olonnais  

    François l olonnais

    • Né en 1630 au Sable d'Olonne  
    • Décéder vers 1669 a San Juan
    • Pirate, Flibustier et Corsaire

    François L'Olonnais (1635-1669) était un boucanier, un pirate et un corsaire français qui a attaqué des navires et des villes, surtout espagnoles dans les années 1660. Sa haine pour les Espagnols était légendaire et il était connu comme un pirate particulièrement sanguinaire et impitoyable. Sa vie sauvage a pris fin quand il aurait été tué et mangé par des cannibales quelque part dans le golfe du Darien.

    François L'Olonnais est né en France vers 1635 dans la ville balnéaire des Sables-d'Olonne (les Sables d'Ollone). Jeune homme, il a été emmené dans les Caraïbes en tant que serviteur sous contrat. Après avoir honoré son contrat, il s'est rendu dans la nature sauvage de l'île d'Hispaniola, où il a rejoint les célèbres boucaniers. Ces hommes rudes chassaient le gibier sauvage dans la jungle et le cuisaient sur un feu spécial appelé boucan (d'où le nom de boucaniers). Ils gagnaient durement leur vie en vendant la viande, mais ils n'étaient pas non plus au-dessus de l'acte occasionnel de piraterie. Le jeune François s'intégrait bien, il avait trouvé sa place.

    boucanier

    La France et l'Espagne combattirent fréquemment du vivant de L'Olonnais, notamment pendant la guerre de dévolution de 1667-1668. Le gouverneur français de Tortuga a équipé des missions de corsaires pour attaquer des navires et des villes espagnoles. François fut l'un des flibustiers vicieux engagés pour ces attaques, et il se montra rapidement un marin compétent et un combattant féroce. Après deux ou trois expéditions, le gouverneur de Tortuga lui a donné son propre navire. L'Olonnais, aujourd'hui capitaine, continue d'attaquer les navires espagnols et acquiert une réputation de cruauté si grande que les Espagnols préfèrent souvent mourir au combat plutôt que de subir la torture comme l'un de ses prisonniers.

    L'Olonnais était peut-être cruel, mais il était aussi intelligent. En 1667, son navire fut détruit au large de la côte ouest du Yucatan. Bien que lui et ses hommes aient survécu, les Espagnols les ont découverts et ont massacré la plupart d'entre eux. L'Olonnais s'est roulé dans le sang et le sable et est resté allongé parmi les morts jusqu'à la gauche espagnole. Il se déguisa alors en Espagnol et se rendit à Campeche, où les Espagnols fêtaient la mort du détesté L'Olonnais. Il persuada une poignée d'esclaves de l'aider à s'échapper : ils se rendirent ensemble à Tortuga. L'Olonnais a pu y faire venir des hommes et deux petits navires : il a repris ses activités.

    ile de la tortue

    L'incident a ravivé la haine de L'Olonnais pour les Espagnols. Il se rendit à Cuba, espérant piller la ville de Cayos : le gouverneur de La Havane apprit qu'il venait et envoya un navire de guerre de dix canons pour le battre. Au lieu de cela, L'Olonnais et ses hommes ont pris le navire de guerre au dépourvu et l'ont capturé. Il massacre l'équipage, ne laissant en vie qu'un seul homme pour transmettre un message au gouverneur : pas de quartier pour les Espagnols rencontrés par L'Olonnais. Il retourna à Tortuga et en septembre 1667, il prit une petite flotte de 8 navires et attaqua les villes espagnoles autour du lac Maracaibo. Il torturait les prisonniers pour qu'ils lui disent où ils avaient caché leur trésor. Le raid a été un énorme score pour L'Olonnais, qui a réussi à répartir quelque 260 000 pièces d'or.

    Au début de 1668, L'Olonnais était prêt à retourner sur le territoire espagnol. Il a rassemblé 700 boucaniers redoutables et a mis les voiles. Ils ont pillé le long de la côte centraméricaine et ont même marché vers l'intérieur des terres pour piller San Pedro dans l'actuel Honduras. Après une bataille sanglante et sans merci, il resta des prisonniers. Malgré son interrogatoire impitoyable aucun des prisonniers ne parla, il a arraché le cœur d'un prisonnier et l'a rongé. Le raid a été un échec.

     bataille-pirate

    Ensuite il captura un galion espagnol au large de Trujillo, mais il n'y avait pas beaucoup de butin. Ses compagnons capitaines ont décidé que l'entreprise était un fiasco et l'ont laissé seul avec son propre navire et ses propres hommes, qui étaient au nombre d'environ 400. Ils ont navigué vers le sud, mais ont fait naufrage au large de Punta Mono.

    L'Olonnais et ses hommes étaient de durs boucaniers, mais une fois naufragés, ils étaient constamment battus par les Espagnols et les indigènes locaux. Le nombre de survivants n'a cessé de diminuer. L'Olonnais a tenté une attaque contre les Espagnols en amont de la rivière San Juan, mais ils ont été repoussés. L'Olonnais emmène avec lui une poignée de survivants et embarque sur un petit radeau qu'ils ont construit en direction du sud. Quelque part dans le golfe du Darien, ces hommes ont été attaqués par des autochtones. Un seul homme a survécu : selon lui, L'Olonnais aurait été capturé, coupé en morceaux, cuits sur le feu et mangés.

    L'Olonnais était très connu en son temps, et très craint par les Espagnols, qui le détestaient à juste titre. Il serait probablement mieux connu aujourd'hui s'il n'avait pas été suivi de près dans l'histoire par Henry Morgan, le plus grand des corsaires, qui était, en fait, encore plus dur pour les Espagnols. En fait, Morgan s'inspirera du livre de L'Olonnais en 1668 lorsqu'il fit une descente dans le lac Maracaibo, qui était encore en train de se reconstituer. Autre différence : alors que Morgan était aimé des Anglais qui le considéraient comme un héros (il était même chevalier), François L'Olonnais n'a jamais été très vénéré dans sa France natale.

    bateau pirate

    L'Olonnais rappelle la réalité de la piraterie : contrairement à ce que les films montrent, il n'était pas un prince noble cherchant à blanchir sa bonne réputation, mais un monstre sadique qui ne pensait pas au massacre si cela lui rapportait une once d'or. La plupart des vrais pirates ressemblaient plus à L'Olonnais, qui trouvait qu'être un bon marin et un leader charismatique avec un côté vicieux pouvait l'amener loin dans le monde de la piraterie.

    6 - Jean Fleury

    Jean Fleury

    • Né en 1480 à Dieppe
    • Décéder en 1551 à Dieppe
    • Pirate et Corsaire

    Jean Fleury, armateur français qui a succédé à l'entreprise d'import-export de son père. Il a finalement contrôlé, seul ou en association, une flotte de 70 navires.

    Grâce à sa vaste flotte de navires de commerce, Ango a pu, sous le règne de François Ier, assurer la représentation de la France dans l'exploration maritime. En 1524, il équipe le Dauphine, dans lequel Giovanni da Verrazzano explore la côte Est de l'Amérique du Nord et découvre le site de la future New York City.
    Jean et Raoul Parmentier atteignent en 1529 les côtes de Sumatra à bord de deux navires de Jean Fleury.

    vaisseaux pirates

    Jean Fleury, a saisi trois navires transportant des trésors aztèques du Mexique à l'Espagne en 1523. François Ier, qui soutenait généralement Fleury, emprunta ses navires pour les utiliser contre l'Espagne et l'Angleterre. En 1530, François autorisa Jean Fleury à faire un raid sur les navires portugais pour compenser les pertes subies par les Portugais. Alarmé, l'ambassadeur du Portugal s'est réconcilié avec Francis.

    Toute l'équipe de Refuge Du Pirate te remercie d'avoir lu notre article, si tu es un fan de pirate n'hésite pas aller voir notre boutique Refuge Du Pirate ! 

    Le pirate français qui a fait le plus parler de lui, à cause de tous ces exploits. Il est devenu le Corsaire français le plus riche de Saint-Malo : Robert Surcouf.


    Laisser un commentaire

    Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


    Voir l'article entier

    Origine du drapeau pirate : Le Jolly Roger
    Origine du drapeau pirate : Le Jolly Roger

    par Le Capitaine Impitoyable septembre 10, 2020 11 minutes de lecture

    Voir l'article entier
    Le code des pirates
    Le code des pirates

    par Le Capitaine Impitoyable juillet 16, 2020 2 minutes de lecture

    Voir l'article entier
    pirate vs viking
    Pirate Vs Viking

    par Le Capitaine Impitoyable juillet 14, 2020 5 minutes de lecture

    Voir l'article entier

    ABONNE TOI MAINTENANT ET GAGNE UN E-BOOK GRATUIT !